THOR AS A HOBO

Courrier des lecteurs.
Tchako : Ouais bon, une demi-heure, un siècle, de toutes façons une minute c'était déjà trop.
Eo (kyahhhh ^^) : Oui, merci de rectifier le tir pour la gare Montparnasse.
Kley : Je suis connecté de manière aléatoire, surtout le matin et le soir !

Ils sont trois, ils sont jeunes, ils ont des looks improbables, et ils marchent sous un soleil de plomb. Ils sont au beau milieu d'un quartier huppé de Paris, écrasés par les assauts de Râ. Ils recherchent un Supermarché pour acheter du saucisson. Or, dans le quartier du parc Monceau.... IL N'Y A PAS LA MOINDRE SUPERETTE *roulement de tambour et cris d'hystérie* !
Nous tournons tant et si bien en rond qu'il faut recourrir à une solution extrême, de peur d'être encore plus en retard que Redyan au pique-nique : nous demandons notre chemin à une petite vieille qui nous indique la direction d'un quelconque Cherprix. Un petit tour dans cet espace climatisé, et nous voilà avec un sac plein de cochonaille, et hop, re-direction le Parc Monceau. Nous sommes en avance, finalement, d'où évidemment un sitting à l'entrée du par et des commentaires pertinents du genre "eh, le petit vieux, là bas, c'est Oliv, c'est ça ?" Tout ça.
Finalement, Oliv, on finit par tomber dessus, et évidemment il est fidèle à sa réputation : c'est un fort bel homme. Il est avec princesse qui effectivement à la Princesse Attitude. Nous sommes fort en avance, donc, cte folie.  Enfin c'est surtout la plupart des autres gens qui furent à la ramasse. Chwip et son cousin, passe encore, mais bon, of course, les patronnes qui arrivent avec blindé de retard, ça le fait pas. Dans les écoles de commerces, il n'y a pas de cours de ponctualité, c'est bien connu.
Nous allons dans le parc, sur un plan d'herbe. Des cohortes de bouffe et de boisson diverses (jus de paillasson marocain...) sont entreposées sur le sol, mais on peut pas y toucher parce qu'on attend les retardataires. C'est fou cette société qui donne tout ces privilèges aux flemmards. Ils devraient surtout avoir les plus mauvais morceaux et faire la vaisselle et ranger la cuisine, oui (message subliminal à l'intention de deux flemmards. Indice : Thionville. Belgique.) !
Finalement, on peut commencer à manger des trucs, et c'est gavé bien tout a fait succulent. Krystal est la pire flemmarde que j'ai jamais vu, ce qui fait qu'en parfait gentleman je lui sers plein de flotte et je lui passe je ne sais combien de fourchettes au motif nauséabond qu'elle porte une robe (et que donc elle est clouée au sol *hem hem*). C'est pas grave elle est gentille quand même : ne jamais dire du mal d'un éditeur sur plus d'une ligne. Redyan a un casque astérix, ce qui n'a rien à voir mais qui méritait d'être signalé.
Deux énormes moments de l00se suivent ce repas.
Non je ne parle pas de moi et Oliv interprétant "L'hymne Microfulgurien"
Non je ne parle pas de ce moment formidable ou un vendeur d'abonnement se vit finalement refourguer un Temps de l'Accomplissement dédicacé par tout le monde. J'espère qu'il a aimé le moment avec les dragons.
Non je ne parle pas d'Oliv Whinant après des passants pour avoir le score de je sais plus quoi, portugal-angleterre peut-être.
Non ce ne fut pas ce moment, ou Chaco, qui n'a pas un seul message posté sur 5S et donc se tapait l'incruste vit débarquer un de ses potes qui n'avait pas un seul message posté sur 5S pour se taper l'incruste (le web est MI-Nu-SCU-LE)

Je parle déjà du splendide Match de Volley ou le Geektateur Chaco, sur ses quasi deux premières balles, atteignit en pleine poire des enfants de 5 ans qui mangeaient en toute innocence à quelques mètres de là. Eh oui, la vie de tous les jours, c'est dangereux pour un geek, mais aussi pour son entourage proche.
Je parle ensuite de ce lamentable Jeu du Singe, dont nous sommes portant les héraults et les chantres, et ou tout le Crew Palikir se fit éliminer lamentablement et où c'est même pas un 5èsaisonier qui remporta la victoire, mais le cousin de Chwip. Du coup je suis bien chaud pour me liguer contre les guests à la prochaine partie. (heu... sauf Yukai, parce que je sais qu'elle lit ça donc...)


Moment de détente.

zidane11_rs


Ahh. On s'est bien amusés


Au Crew Palikir nous somme des No Lifes des gens de principe. Quand nous venons à un pique-nique nous restons jusqu'au bout. Nous profitons donc d'Oliv jusqu'au soir, puis nous repartons avec TOUS LES RESTES ! Des baguettes ! Du saucisson ! Du Pinard ! de vrais bons français, nom d'une pipe !
Dans le métro, bouteille de vinasse à moitié vide à la main, ce bout en train de Coyote se met à entonner l'Internationale puis quelques chants un peu moins reluisants mais tout aussi ukulelisants (indice : Une flamme sacré-heu...). Nous avons l'air de marginaux. Une fois de plus.
Il est l'heure, désormais de rentrer chez la grand-mère de Karma que, jusqu'ici, nous n'avons pas encore croisé (c'est important). Près de la gare de lion, un groupe de clodos est en train de célébrer l'été avec, manifestement, une certaine dose de jus de fruits fermenté. Nous voyant passer, l'un d'entre eux nous lance un "eh ! *burp* vous avez du pain ? *broh*" du meilleur aloi. Trois baguettes nous avions. Une baguette nous leur envoyons, avec la générosité d'une dame patronesse.
Soudain, celui qui semble être leur leader s'avance. Et j'avais devant moi la réincarnation de Thor, un grand type barbu aux longs cheveux blonds, crado certes, mais imprégné de cette essence de charisme si particulièrement propre au tout premier leader des Avengers. Thor voit soudain notre bouteille de rouge et commence à écarquiller les yeux comme s'il avait appris que Loki portait des bas résilles. Il fallut une manoeuvre d'esquive non négligeables ainsi que moult grognement de notre part pour l'empêcher de nous piquer le rouge. Mais haha nous l'avons conservé.
Heureusement, quelque part, puisque nous apprîmes que la Grand-Mère de Karma avait une fâcheuse tendance à piquer l'alcool de son petit fils.

Arriva enfin l'évènement le plus éprouvant de notre existence (jusqu'ici, puisqu'il devait nous arriver bien pire à Marseille). Nous attendions Karma devant sa porte. Il devait ven,ir nous chercher. En lieu et place du brave homme, ce fut une petite vieille qui vont se placer derrière la vitre de la porte. Une du genre horrible, aux quadruples foyers globuleux, à l'air teigne. Une momie dont seul la méchanceté semblait enore tenir les organes liés. Et elle se planta là. Et elle attendit. Trente secondes. Une minute... Cinq minutes. Nous attendions en vain qu'elle fasse quelque chose mais elle restait là à nous fixer de son regard de grenouille haineuse. Au bout de quasiment un quart d'heure de ce moment qui m'en sembla durer cent, et après avoir acquis la conviction secrète que cette sale vieille ETAIT la grand-mère de Karma (ce qui allait compliquer notre séjour) elle ouvrit la porte, fit deux pas en avant... ET REGARDA DANS NOTRE SAC A PROVISION !
Imaginez un peu les sueurs froides (vu les liquides divers qui y demeuraient, il ne manquait plus qu'elle sonne la police, avec cet espèce de Sprite Marocain à la pomme, je suis certain qu'on enfreignait des lois internationales.
Elle repartit sans rien avoir dit, alors que nous étions à peu près aussi mal à l'aise qu'un évangéliste méthodiste habillée en Alice au Pays des Merveilles sur un char de la gay pride à San Francisco. C'est la que Karma nous retrouva heureusement, et que heureusement derechef nous nous étions trompés de porte. Ouf, cet abominable vision de décrépissance n'était pas notre logeuse.
Le soir, rien à signaler de particulier : nous avons mangé des chips en regardant France-Brésil, puis été sur le balcon faire un magnifique "chemise bleue/t-shirt rouge/corps blanc" avec respectivement moi-même, Coyote et Chaco.
Bizarrement, ce moment de beauferie était un poil plus réjouissant que certains autres évènements de la journée.

Demain (ou après demain) : FUBAR ET TETES COUPEES, le nouveau chapitre de votre formidable saga d'été : les vacances de la |00$3.

estoy