Les maisons de disques sont ce qui se rapproche le plus, au niveau du modèle économique et de l'esprit, de l'économie des hommes des cavernes, massue comprise.
Mais je l'ai déjà dit cent ou mille fois. Les 4 grands majors se retrouvent dans leur formidable course au suicide en s'arqueboutant sur un support mort. Bientôt, l'une d'entre elles va en manger une autre, puis se fera elle même manger, alors il n'en restera que deux, qui feront faillite. Et les gens continueront de faire de la musique, c'est dingue, dis-donc.
Bref, j'ai déjà parlé de ça, cinquante fois. Ces gens-là ont des rolex, mais pas d'idées. Il se trouve que les artistes les rejoignent souvent. (au fait, la dernière sortie de Luc Besson, ça vous a pas rappelé de supers passages de Molière ? Relisez l'avare et les derniers vers de Don Juan, tiens. Les putes ne savent pas pour son manque à gagner.)

Comme vous ne suivez pas (vous avez tort) la carrière des Fatals Picards en faisant de fréquents et nerveux F5 sur leur page de news pour voir quand sort "Le sens de la Gravité", nouvel album qui s'annonce pas super drôle mais très bien, je vous résume ce qui s'est passé il y a peu.
Les Fatals Picards ont souvent foutu pas mal de teasers de leurs albums, et souvent assez longtemps à l'avance. Je me souviens que j'avais "dors mon fils" des mois avant la sortie de l'album. Album que j'ai acheté, d'ailleurs. Et je vais même télécharger PUIS acheter le suivant, comme j'ai acheté tous les album des artistes que j'aime vraiment.*
Dans les teasers de l'album a venir figurait une chanson sur notre vieille idole croupie et anti-nationale : Johnny. Son titre ne prenait pas de gants "Le jour de la mort de Johnny". Les Fatals Picards avaient d'ailleurs déjà fait le coup avec Derrick, à l'époque ou il était encore vivant, lui aussi.
Horst Tappert n'avait pas blitzkriegé la France, à l'époque.

Il se trouve que Johnny n'a, au contraire, pas beaucoup apprécié la chanson, tout à fait gentillette au demeurant**, ne souhaitant pas particulièrement voir un hurluberlu chanter ce qu'il fera le jour de sa mort. Et, c'est le côté absolument délicieux de la chose, il en a demandé le retrait. Ce qui est super con. Le jour où on écrira une chanson sur ma mort à venir, j'enverrais des litres de semance aux quatre vents sous la violence du plaisir que cela me procurera.
La où c'est cocasse, c'est que Warner est la maison de disque des Fatals Picards et de Johnny. L'un ayant plus de poids que l'autre, les Fatals décident donc de retirer la chanson de l'album et de ne la jouer qu'en live. Donc, Johnny et Warner pouvaient dormir sur leurs deux oreilles : l'honnie chanson ne serait jamais réalisée sur album. Plus personne n'en entendra parler, sauf en concert. Et personne ne parlera plus jamais de la mort de Johnny, ouf, notre hideuse momie que même la Belgique ne nous envie pas reste immortelle.***

...

...

Je l'ai récupérée en 2 minutes 43 (j'ai chronométré pour le lol) sur emule en version studio.
Une pauvre requête sur Daily Motion et Google m'ont donné je ne sais combien de résultats de la vidéo qui a été supprimée du site des Fatals. (autre truc amusant : les sites légaux d'écoute de musique qui proposent des clips balancent systématiquement cette vidéo vu qu'ils linkent directement youtube.)
Les minitels de Warner et le téléscripteur de Johnny doivent s'affoler !
Bref, j'ai mangé mon sac de riz devant cet nième incitation à la vile piraterie des maisons de disque.

1233426603047

* D'ailleurs j'ai acheté une quantité invraisemblable de CD cette année, j'en suis déjà à 5 ou 6. Mais les soldes aidant, ça représente moins de 6€. Bonjour, je suis totalement fan de Tchaïkowsky.
** A peine plus méchante que "Une chanson pour Johnny des Wampas, et encore."
*** Le jour ou Johnny mourra, je débrancherais ma télé -moins No Life- et ma radio -moins bide et musique- pendant un mois. Je lui souhaite une vie longue, heureuse, pleine de coke et de partouzes animalières avec Bernadette.

J'ai juste fait ça aussi.
besson
J'aime pas trop Luc Besson.